Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Impressions, soleil couchant

Le recueil est paru début mai et il est disponible sur le site de l'éditeur :

http://lachouetteborgne.over-blog.com/archive/2014-05/

... ou en me contactant. Douze nouvelles, 134 pages, nées bien sûr de ma caboche fantasque mais surtout d'une belle et chaleureuse collaboration avec un oiseau que l'on dit à tort de malheur et qui m'a plutôt porté chance, ainsi qu'à bout de bras. Enfin, de plumes. Et qui malgré le handicap de ses mirettes diminuées ne m'a jamais laissé tomber!

Ce fut un beau voyage, vers le couchant forcément, mais pas si romantique qu'il pourrait y paraître. Souvent inspirées de bribes d'histoires vraies, mais pas toujours, mes histoires se sont davantage préoccupées des noirceurs attachantes de leurs personnages. On n'aime bien qu'en n'occultant pas les défauts de l'objet de sa flamme...

Déjà, quelques premiers retours de lecture, encourageants. Le plus insolite et l'un de mes préférés pour l'instant: "J'ai lu ton livre au cours d'un long trajet en voiture, et je n'ai même pas été malade, alors que d'habitude..."

Eh bien oui, je l'avoue, voilà un commentaire dont j'ai tiré fierté (j'envisage de faire breveter le bouquin dans la catégorie des anti-émétiques)

22 août 2014:

Un nouveau commentaire, et des plus sympathiques, paru il y a quelques jours sur le forum Maux d'Auteurs:

http://www.forum-mda.com/t6010-Impressions-soleil-couchant-de-Val-rie-Laplanche.htm#p87888

"Je viens de terminer la lecture du recueil de Valérie Laplanche, et tant qu'à faire, je me suis autorisé la relecture de certaines nouvelles. Aucun risque de lassitude, l'écriture est réjouissante, tant le vocabulaire est précis et les mots parfaitement accordés les uns aux autres pour décrire les situations, les êtres et leurs rapports.

Les histoires de Valérie Laplanche sont moins des récits truculents d’aventures exceptionnelles que la narration de tranches de quotidien. Les personnages pourraient être quelconques. Ils pourraient être votre voisin ou vous-même, si l’auteur n’avait le don d’extraire chez chacun une étincelle qui en fait en être à part. Souvent, un éclat les ramène à un souvenir d’enfance, qui fait écho à leur situation présente. Souvent, c’est noir, mais toujours joliment raconté. Les odeurs des placards et des jupes d’antan ont ainsi celle de la honte jamais éteinte. La peur prend la forme de pilules, qui en sont à l’origine. L’espoir a des effluves de mûre et de musc, le désespoir la couleur du mascara dilué dans les larmes. Le dessinateur se sert de son trait pour fait vivre son modèle…

Je pourrais vous en dire davantage, mais j’espère vous avoir suffisamment alléchés.
Un petit coup de chapeau au passage à l’éditeur pour la chouette mi
se en page."

Octobre 2014: Paru sur le site Maux d'auteurs, un nouveau retour de lecture des plus encourageants, dont je remercie Benoît Camus (Auteur de " Import-Export", aux éditions Jacques Flament)


Faut avouer que le bouquin m'a considérablement énervé. J’enchaînais les nouvelles et je pestais : "elle m'énerve, elle m'énerve, elle m'énerve !" L'envie de le foutre à la flotte, son bouquin (j'étais à la mer) et puis maso que je suis, je continuais.
C'est brillant, c'est écrit avec une telle aisance, avec une telle facilité apparente que ça vous plombe vos envies de soleil. P'tain, que je me suis lamenté, quand je pense que tu sues sang et eau pour t'arrimer à une phrase qui balance et elle... elle, qui les aligne...
Le pire... le pire, c'est que trois mois après, je m'en souviens encore. Et avec ma mémoire de betterave, je peux garantir que c'était pas gagné d'avance. Jeux de mains, surtout, que j'avais abordé à la légère (oh ouais, j'ai deviné le truc, que je me suis gaussé tout de suite, trop fier de mon intelligence hors-norme) et qui m'a pris avec un tel art du contre-pied que j'en ai été scotché, glacé. Cette nouvelle est d'une puissance rare. Et puis subterfuge cosmétique, aussi... Parce qu'en plus, la Thaïs est drôle... C'est à vous foutre le cafard, je vous dis !

Bref, ça me fait mal au bide de l'affirmer ici mais Impressions, soleil couchant, c'est du bon, du très bon... d
u très très bon...

Novembre 2014: Et un grand merci à la nouvelliste Emmanuelle Cart-Tanneur:" Je m'engouffre dans le tunnel des hommages... plus que mérités à ce recueil, tout à fait décoiffant par le précision et la fluidité de son style, l'originalité de ses histoires et l'harmonie générale qui s'en dégage une fois le livre refermé.

Enfin, à qq chose près : quand on referme le bouquin, on se demande
1. comment faire pour arriver un jour à écrire comme ça...
2. comment il se fait qu'aucun "grand" éditeur n'ait déniché ce talent-l
à !!

Tag(s) : #journal de bord

Partager cet article

Repost 0