Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bunkers (JFE Editions)

Fine collection noire et brillante, la série des bunkers aligne sur le départ d'un thème donné plusieurs auteurs "maison": deux cent et quelques personnes venues participer à l'inauguration d'un espace souterrain dédié aux arts, se retrouvent d'un coup piégées par l'éboulement fermant les diverses entrées.

De là, carte blanche aux auteurs pour malmener (ou pas) les séquestrés selon leur gré.

De cette série, j'ai lu deux tomes, respectivement ceux de Benoît Camus et d'Alain Emery. Ou comment deux auteurs peuvent se retrouver aux antipodes l'un de l'autre en un même lieu, Et c'est tant mieux.

Du livre de Benoît, truffé de références, j'ai apprécié la sauvagerie, cette vision de l'homme enfermé qui redevient "des cavernes", tel qu'on pourrait l'imaginer mais ne voudrait pas y croire. Pourtant, malgré l'humour réel, mordant, ce livre questionne sans aucun doute nos zones d'ombres. Le style, décoiffant, obsédant, sert à merveille cette plongée en eaux troubles.

Du livre d'Alain, j'ai goûté la houle poétique, ce talent de la phrase qui roule ou qui claque, qui gonfle sous le vent des mots, voit se décupler son envergure. Il y a pour moi chez cet auteur, certes de la puissance, aussi de l'amplitude. Quelque chose qui soulève le lecteur. Un peu comme de respirer à pleins poumons au sommet d'une colline, juste avant la tempête. Et l'on respire d'ailleurs, dans ce bunker, au rythme choisi par le conteur. Suspendu à son souffle, où se mêlent transmission et espoir.

A ce jour, j'ai donc visité deux bunkers. En ai aimé, beaucoup, les deux ambiances.

Tag(s) : #lectures

Partager cet article

Repost 0